M. MAIS. Lopukhina (31 mai 1837 r. De Piatigorsk à Moscou)

31-il levure.
Je tiens exactement ma promesse, chère et bonne amie, et je vous envoie ainsi qu’à madame votre sœur les souliers circassiens que je vous avais promis; il y en a six paires, et vous pouvez facilement partager sans vous quereller; je les ai achetés dès que j’ai pu en trouver; je suis maintenant aux eaux, je bois et je me baigne, enfin je mène une vie de canard tout-à-fait. Dieu veuille, que ma lettre vous trouve encore à Moscou, car si elle va voyager en Europe à vos trousses, elle vous attrapera peut être à Londres, à Paris, à Naples, que sais-je, – et toujours dans des endroits où elle sera pour vous la chose la moins intéressante, de quoi dieu la garde et moi aussi. – J’ai ici un logement fort agréable; chaque matin je vois de ma fenêtre toute la chaîne des montagnes de neige et l’Elbrous; et maintenant encore, au moment où j’écris cette lettre, je m’arrête quelques fois pour jeter un coup d’oeil sur ces géants, tant ils sont beaux et majestueux. J’espère m’ennuyer joliment tout le temps que je passerai aux eaux, et quoiqu’il est très facile de faire des connaissances je tâche de n’en pas faire du tout; je rôde chaque jour sur la montagne, ce qui seul a rendu la force à mes pieds; aussi je ne fais que marcher; ni la chaleur ni la pluie ne m’arrêtent… Voici à peu près mon genre de vie, chère amie, ce n’est pas tort beau, mais… – dès que je serai guéri j’irai faire l’expédition d’automne contre les circassiens, quand l’empéreur sera ici…
- Adieu, chère, je vous souhaite beaucoup de plaisir à Paris et à Berlin. – Alexis a-t-il reçu sa permission; – embrassez le de ma part – adieu.
Tout à vous M. Lermontoff.
P. S. De grâce, écrivez-moi – et dites si les souliers vous ont plu.

Transfert

31-il levure.
La précision du mot et garder vous envoyer, cher et bon ami, et chaussures vashey1 soeur circassienne, qui vous a promis; leurs six paires, afin de les partager, vous pouvez facilement sans querelle; Je les ai achetés, comment il était possible que de trouver; Je suis maintenant sur les eaux, Je bois et prendre un bain, mot, Je mène une vie Anatinae. donner à dieu, à ma lettre vous a pris à Moscou, et que, s'il doit voyager après que vous en Europe, peut être, vous obtenez à Londres, à Paris, à Naples, qui sait, - au moins dans un tel endroit, où il ne sera pas intéressant pour vous, et de ce Dieu le garde et moi. Ici, j'ai un bel appartement; tous les matins de la fenêtre, je regarde la chaîne de montagnes enneigées et la Elbrouz; ici et maintenant, assis derrière une lettre pour vous, J'arrête tout et maintenant, de regarder ces géants, parce qu'ils sont beaux et majestueux. Si tout va bien commander ennuyer tout le temps, tout en restant sur les eaux, et bien qu'il est très facile de faire connaissance, J'essaie de les éviter. Chaque jour, je me promène dans les montagnes, et celui qu'il a renforcé mes pieds; donc je fais juste, qui vont: ni la chaleur, ni la pluie ne m'a pas empêché ... C'est de mon mode de vie, cher ami; pas qu'il est bon, ... mais dès que je vais mieux, puis je vais dans l'expédition d'automne contre les Circassiens, lorsque l'empereur est ici.
au revoir, amoureux, Je vous souhaite d'avoir du plaisir à Paris et Berlin. J'ai les vacances Alexis? - embrasse-le pour moi - au revoir.
Tout votre M. Lermontov.
R. S. Pour l'amour de Dieu, me écrire et dire, Vous aimez les chaussures.

Taux:
( Aucune évaluation pour le moment )
Partage avec tes amis:
Mikhail Lermontov
Ajouter un commentaire